La révolution des femmes de Lille Moulins

Publié le par pelenop

Chanson nouvelle en patois de Lille chantée par la société DES SANS-CHAGRIN, réunie à l'estaminet du CHANSONNIER MOULINOIS, place Déliot, 8, à Moulins-Lille.

Air de Mimi l'Amour, Desrousseaux




La révolution des femmes La révolution des femmes
1er Couplet 1er Couplet
"D'puis si longtemps qu'on cante d'sus les femmes Depuis si longtemps qu'on chante sur les femmes
Préparez-vous brav's hommes ch'st à vous tour Préparez-vous braves hommes c'est à votre tour
Sûr et certain qu'cha n'sra point toudis l'même, Sûr et certains que ce ne sera pas toujours pareil,
Ch'ull' vie d'martyre dot s'abolir un jour, cette vie de martyr doit finir un jour,
On a eu bien trop d'patience, On a eu bien trop de patience,
Cha n'devot point êt'si long, Ca ne devait pas être si long,
Y a gramint trop d'différince Il y a bien trop de différence,
Vous verrez l'preuve dins l'canchon Vous verrez la preuve dans la chanson.


REFRAIN REFRAIN
Pauveur's femmes que nous sommes Pauvres femmes que nous sommes
Cangeons d'situation Changeons de situation
Et mettons tous les hommes Et mettons tous les hommes
In révolution En révolution


2ème couplet 2ème couplet
Sitôt marié l'femme n'est qu'enn'malheureuse, Sitôt mariée la femme n'est qu'une malheureuse,
Elle va ouvrer tant qu'elle euch tros infants Elle va travailler tant qu'elle a trois enfants,
Tous les matins faut qu'elle court à l'soigneuse, Tous les matins il faut qu'elle courre chez la nourrice( ?)
Porter ses p'tits qui s'tortill'nt in braiant, Porter ses petits qui se tortillent en braillant,
Tandis qu'lhomme l'joyeux type, Tandis que l'homme, joyeux type,
Va à s'boutique in chifflant Va à son travail en sifflant,
Ou in feumant gaiemint s'pipe, ou en fumant gaiement sa pipe
et n'pinse jamais pus avant. et ne pense jamais plus avant.


3ème couplet 3ème couplet
L'journée finie ch'est incore toudis elle, La journée finie c'est enore elle
qu'elle s'in va r'querre sin ou ses deux moutards, qui s'en va chercher son ou ses deux moutards
Le v'la rintré elle eur'lave l'vaiselle, La voilà rentrée, elle fait la vaisselle,
Pis elle apprête à soupé pou l'gaillard, puis prépare à souper pour le gaillard,
Qui rintr' avec l'air aimable, qui rentre avec l'air aimable,
In j'tant les yeux tout partout, en jetant ses yeux partout,
Si l'souper n'est point sus l'table, Si le souper n'est pas sur la table,
cha n'finit point dins l'bon goût. ça ne finit pas dans le bon goût


4ème couplet 4ème couplet
Pour sin dimanche les deux bras d'ins l'cuvielle, Pour son dimanche les bras dans la bassine,
Elle fait l'lessive au moins jusqu'à midi, Elle fait la lessive au moins jusqu'à midi,
Soigné l's infants coud et pis rafouftielle Soigner les enfants,, coudre et repriser,
D'manière que tout sot bien propre l'lundi de manière à ce que tout soit propre le lundi,
L'aute pindant ch'temps la s'continte L'autre pendant ce temps-là se contente
d'sin aller au cabaret, de s'en aller au cabaret,
Pour y boire tranquill'mint s'pinte, Pour y boire tranquillement sa pinte,
et faire enn'partie d'piquet. et faire une partie de piquet.


5ème couplet 5ème couplet
Si un ami meurt, tout d'suite on l'invite Si un ami meurt on l'invite
Et si ch'convoie tombe un dimanche matin, Et si le convoi tombe un dimanche matin,
Sur et certain qui'r'viendra point sans s'cuite, Sur et certain qu'il ne reviendra pas sans sa cuite,
Qui n'rintrat point sans faire un bon potin. qu'il ne rentrera pas sans faire de potin.
Et si s'femme ch'pauvr' esclave, Et si sa femme cette pauvre esclave,
Veut l'eurmett' à i bonn'raison, veut le ramener à la raison,
I veut li flanquer de l'bave, Il veut lui flanquer des baffes
In l'injuriant d'tous les noms. En l'injuriant de tous les noms.


6ème couplet 6ème couplet
Vous veyez bien qu'cheull'vie n'est point durable, Vous voyez bien que cette vie n'est pas durable,
Et pou l'canger vla eun belle occasion, et pour la changer voilà une belle occasion,
Comme eux tertous mettons nous à l'même table, Comme eux tous mettons nous à la même table,
Nous formerons un association, Nous formerons une association,
Ch'est un moyin favorable, C'est un moyen favorable,
Et un bielle proposition, Et une belle proposition,
Car vous allez vir vou diable, Car vous allez voir votre diable,
V'nir aussi douch'qu'un mouton. Devenir aussi doux qu'un mouton.


7ème couplet 7ème couplet
Quand vous intindez quelque part eun'dispute, Quand vous entendez quelque part une dispute
Rassemblez-vous, armez-vous d'un bâton, Rassemblez-vous armez-vous d'un bâton,
et à chinq six faites faire eun biell' culbute, et à cinq-six faites faire une belle culbute,
Et tapez ch'thomme tant qui vous demande pardon. et tapez cet homme jusqu'à ce qu'il vous demande pardon.
Faites li soigner ses mioches, Faites-lui soigner ses mioches,
Il f'ra sans opposition, Il le fera sans opposition,
La insonne nous f'rons bomboche, Là ensemble nous ferons la fête,
Qu'l cang'mint d'situation. Quel changement de situation."

HENRI TANCHE mardi gras 1890

Publié dans Culture

Commenter cet article