la femme serait soumise de naissance !

Publié le par pelenop


Pour Allan et Barbara Pease —auteurs de best-seller consacrés à la différence des sexes—, c’est presque une évidence : la femme est «naturellement» poussée à se soumettre. Ils en veulent pour preuve que la femme, presque systématiquement, accentue ce qui —dans son corps— évoque l’idée de fragilité.


Démonstration en trois points :


1/ La femme sourit.
D’après les chercheurs Marvin Hecht et Marianne LaFrace (Université de Boston), les personnes soumises et dociles sourient plus que d’habitude en présence d’individus hautains et cassants. Ils ont également prouvé que les femmes sourient plus que les hommes en situation professionnelle, ce qui peut les faire paraître faibles et soumises. Un vrai comportement d’esclave ! «Certains prétendent que cette différence de sourire entre les deux sexes provient de ce que les femmes ont toujours été maintenues dans les rôles subalternes par les hommes, résument Allan et Barbara Pease. Or d’autres recherches montrent que, dès l’âge de 8 semaines, les filles sont beaucoup plus souriantes que les garçons, ce qui laisse penser qu’il s’agirait d’un signal corporel inné et non acquis.» En résumé : la femme sourit plus que l’homme, parce que c’est probablement inscrit dans ses gènes…


2/ La femme ouvre les yeux
Pour accentuer leurs traits enfantins, les femmes haussent les sourcils quand elles voient un homme, ce qui agrandit leurs yeux. Ce réflexe quasi-instinctif accentue leur expression de soumission. Certaines s’épilent les sourcils : elles redessinent un arc situé beaucoup plus haut sur le front et arborent en permanence le visage qui fait craquer les mâles : le visage enfantin. Plus les femmes ont un visage enfantin, plus les hommes sont attirés par elles. On appelle ça la «néoténie» : une femme aux joues rondes, aux yeux immenses, au petit menton ressemble à un bébé. Cette vision déclenche chez les mâles une forte sécrétion d’hormones cérébrales qui stimule en eux le désir de la protéger (dixit nos spécialistes). Ça tombe bien : la structure osseuse des filles change beaucoup moins que celle des garçons à la puberté. A cause de la testostérone, les garçons qui deviennent adultes ont une machoire forte, un nez prononcé et un front marqué, qui traduisent l’habileté à défendre un territoire et à affronter d’autres prédateurs. Les femmes, elles, gardent les joues pleines, avec un apport de graisse sous-cutanée, notamment au niveau des lèvres, qui leur permet de rester «pouponnes».


3/ La femme tient la main par en-dessous
Quand un couple marche main dans la main, le partenaire dominant —l’homme, le plus souvent— tourne la paume de sa main vers le bas, tandis que sa compagne tourne sa paume vers le haut. C’est typique. La paume ouverte vers le ciel («en supination», comme celle du mendiant par exemple), symbolise la soumission. La paume tournée vers la terre («en pronation»), symbolise l’autorité. A travers ce geste si simple —celui de serrer une main—les femmes, inconsciemment, indiquent souvent qu’elles se soumettent au mâle. «Un test mené avec 350 cadres supérieurs a montré que 89% des hommes recouraient à la position dominante, contre 31% des femmes, note Allan Pease. Ces dernières sont en effet  moins intéressées que les hommes par le pouvoir et l’autorité.» Reste à savoir si c’est inné ou acquis, naturel ou culturel…


 

source : les 400 culs


 

" On ne naît pas femme : on le devient. Aucun destin biologique, psychique, économique ne définit la figre que revêt au sein de la société la femelle humaine; c'est l'ensemble de la civilisation qui élabore ce produit intermédiaire entre le mâle et le castrat et qu'on qualifie de féminin. Seule la méditation d'autri peut constituer un individu comme un autre. En tant qu'il existe pour soi l'enfant ne saurait se saisir comme sexuellement différencié. Chez les filles et les garçons, le corps est d'abord le rayonnement d'une subjectivité, l'instrument qui effectue la compréhension du monde: c'est à travers les yeux, les mains non par les parties sexuelles qu'ils appréhendent l'univers."


Simone de Beauvoir, le deuxième sexe, chapitre 1: l'enfance.

 

A bon entendeur...

Publié dans Sexisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie-laure 10/12/2010 17:28


je n'ai jamais lus de pareil coneries je sais ,a chacun son apinion mais la je ne peux m'empecher de critiquer certaines idées comme le fait que la femme est soumise non mais c'est quoi sa,encore
une idéede macho a la con ,ce livre existe vraiment? et bien sachez que bien des gens le critiqueront car les idées qui sont défendues a l'intérieur ne valent même pas la penne d'être lues


pelenop 25/01/2011 11:46



Bien sûr que cela existe vraiment, sous couvert d'études scientifiques, bien entendu !



dom57 01/11/2009 22:07


Contre la prostitution... (comme moi). Vous la postulez comme une conséquence du "patriarcat", lui-même "créé par le capitalisme... Voilà donc l'ennemi.

Vous souhaitez la libération des femmes par les femmes. Les femmes vont donc, seules, libérer ce monde du capitalisme...

Joli rêve... que j'appelle de tout mon coeur!


dom57 31/10/2009 15:06


Bonjour Pénélope. Je découvre votre blog au travers de cet article sur la soumission "naturelle" de la femme... Et comme toujours, je me demande s'il est bon de relayer les inepties produites par
des pseudo-chercheurs... Pseudo-chercheurs, mais vrais commerciaux s'adressant à un public indigent et déjà conquis.
Est il vraiment nécessaire d'opposer les penseurs aux marchands? Et de faire, ainsi, la publicité de ces derniers?


pelenop 01/11/2009 18:07


Domination 57,
Pélénop est pour la libération des femmes par les femmes : une libération ne passera jamais par une domination quelle qu'elle soit, sexuelle ou non !
Pélénop est contre, le SM, le bondage, la pornographie, la prostitution qui sont des conséquences du patriarcat !
Pélénop est pour la révolution contre l'aliénation !


Bérénice 02/05/2009 19:19

La soumission innée -___-...ça aurait été crédible au temps préhistorique, mais maintenant le mâle ne va plus chasser le mammouth