Nadejda Kroupskaïa

Publié le par pelenop

Nadejda Konstantinovna Kroupskaïa est née à Saint Pétersbourg le 14 février 1869 et décédée à Moscou le 27 février 1939.


Elle est issue d'une famille de petite noblesse: père officier de carrière. Lorsqu'il meurt, en 1883, Kroupskaïa est élevée de manière libérale par sa mère.
Elle étudie la pédagogie à l'université mais sans pour autant trouver d'emploi, elle parcourt donc plusieurs petits boulots.
En 1891, elle se consacre à l'alphabétisation des enfants d'ouvriers.

Nadejda commence sa vie politique en rejoignant en 1890, le cercle desétudiants marxistes et propage des idées révolutionnaires parmi les travailleurs qu'elle côtoie.
En 1893, c'est la découverte pour elle, des écrits d'Oulianov, qu'elle rencontrera un an plus tard lors de la conférence de Saint Pétersbourg.
Elle poursuit en adhérant en 1895 à l'Union de lutte pour la libération de la classe ouvrière, fondée par Oulianov.

La même année, Oulianov est arrêté puis exilé en Sibérie pour 3 ans. Nadejda est condamnée peu après, à l'exil à Oufa en Bachkirie. Elle déclare alors être la fiancée d'Oulianov pour le rejoindre en 1898 et l'épouser au mois de juillet suivant.
En février 1900, à sa libération, Oulianov prend le pseudonyme de Lénine. Cela permet au couple de quitter la Russie. Kroupskaïa rejoint son époux à Munich.
L'émigration marxiste russe en Allemagne permet une publication d'unejournal de propagande : ISKRA (dont Nadejda est la secrétaire) qui parait pour la première fois en décembre 1901, à Stuttgart.

"De l'étincelle jaillerra la flamme (de la révolution)".

Nadejda y côtoie des militants ouvriers avec lesquels elle participe à des activités clandestines.
Elle profite également de ce voyage pour s'intéresser aux méthodes pédagogiques locales. Un bilan critique des enseignements est alors rédigé.

En avril 1903, le couple s'installe à Genève où s'édite ISKRA mais avec la scission menchévique/bolchévique, le journal prend un autre nom : VPERIOD  " en avant !"
Des mesures de sécurité obligent le couple à retourner en Russie en novembre 1905, Nadejda, pour les mêmes raisons, ne partagera pas la vie de Lénine durant cette période. Elle occupe la fonction de secrétaire du comité central.

Après décembre 1905, avant l'insurrection, le couple quitte la Russie. Commence alors une longue période d'errance constituée de 3 grandes phases:
- 1908/1911 : Genève puis Paris
- 1911/1914 : Russie puis en 1912, Cracovie.
- 1914/1917 : Suisse

Durant ses voyages, Kroupskaïa mène de nombreux combats : elle soutient la création de la journée de la femme proposée par Clara Zetkin en 1910; travaille avec Inès Armand sur la publication de RABOTNITSA en mars 1914.



Elle travaille sur les grands pédagogues ainsi que le système éducatif. A la révolution d'Octobre, elle a déjà écrit plus de 40 ouvrages sur le thème de léducation dont le plus important est "Instruction publique et démocratie " rédigé en 1915 , publié en 1917. cet ouvrage structure l'évolution future de la pédagogie marxiste.

" Seule la classe ouvrière peut faire de la formation au travail un instrument propre à la transformation de la société contemporaine."

En mars 1917, le couple rejoint la Russie.
Kroupskaïa devient alors adjointe du commissaire du peuple à l'instruction. Sa fonction lui permet de s'occuper de l'organisation et de l'éducation populaire. Elle pose les bases d'un système éducatif qui vise l'alphabétisation complète du peuple russe. Son objectif est atteint en moins de 20ans.

" Détruire l'ancienne école de classe devenue une injustice criante pour créer une école qui réponde aux exigences du système socialiste naissant."

Nadejda prévoit alors un système unique d'enseignement, une continuité du primaire au supérieur, centralisé et gratuit pour tous.
En terme de pédagogie, les disciplines et les méthodes didactiques sont renouvelées au profit de notions essentielles " d'enseignement polytechnique" : maths, sciences naturelles et sociales.

"L'autogestion scolaire doit donner [aux élèves] l'habitude de résoudre ensemble, par des efforts communs, les problèmes qui se posent à eux."

L'expérience de cette éducation a été menée par Anton Makarenko dans la colonie de Gorki en 1920, au profit de mineurs délinquants.

Publié dans Portraits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article