Varvara Stepanova

Publié le par pelenop

Née le 5 novembre 1894 à Kaunas en Lituanie
Décédée le 20 mai 1958 à Moscou



Elle fut une artiste touche à tout : peintre, décoratrice pour le théâtre, actrice, poète, dessinatrice, designer, typographe.
Elle employa deux pseudonymes tout au long de sa carrière : Varst et Agarykh.

Varvara est issue d'une famille modeste.

En 1910, elle intègre l'école des Beaux Arts de Kazan où elle rencontre Rodtchenko.
En 1916, ils s'installent tous les deux à Moscou et fréquentent l'école d' Arts Appliqués à Stroganoff.
Après la révolution, elle travail à la section des Arts Appliqués 120 du commissariat du peuple à l'instruction et expose des tableaux lors de la Vème exposition d' état de 1919.

La poésie graphique.
En 1917, c'est la poésie futuriste qui l'attire. Varvara écrit et publie des livres de poésie "transmentale" (zaoum) melant collage et écriture.

Rnty Khomle (1918)
Zigra ar (1918)
Globolkim (1918)
Jad' (1919)




Ses livres sont faits de manière artisanale jouant sur les contrastes des couleurs pour avantager les textes.
Rodtchenko illustre le recueil intitulé Toft.
Elle illustre par la technique de gouache abstraite, les poésies de Kroutchenykh, en 1919. Lors de cette même année, elle publie son livre novateur Gaoust Tchaba, dans lequel elle peint ses poèmes sur des pages du quotidien officiel du gouvernement.












Entre 1920 et 1921, Stepanova occupe le poste de secrétaire d'un institut de la culture artistique crée en mai 1920, à l'initiative de Rodtchenko, Kandinski et Babitchev. Elle participe également au groupe de travail d'analyse objective et au groupe de travail des constructivistes.
Lors de l'exposition nationale, ses créations révèlent son influence de l'abstrait et du suprématisme.

En septembre 1921, ils organisent une exposition intitulée " 5 x 5 = 25". Les oeuvres de Varvara sont basées sur une analyse mécanique et géométrique du visage.
A partir de cette date, elle abandonne la peinture pour s'adonner aux arts appliqués.
En décembre 1921, Stepanova donne sa première conférence à L'Inhouk sur le constructivisme et devient la porte parole active de la revue LEF.

Les vêtements.

En 1922, sa créativité s'exprime dans les décors et les costumes de la pièce de A. Soukhovo intitulée La mort de Tarelkine, mise en scène par Meyerhold (modèle du constructivisme scénique).
Elle développe ses idées lors de prodctions "industrialisées" de vêtements.


En 1923, sa collaboration avec Popova aura pour résultat la 1ère fabrique de Cotonnades, usine nationale de textile pour lesquels elle conçoit 150 dessins de tissus. 120 seront réalisés.
Les deux artistes créent Prozodiejda "vêtement de production". C'est une tenue de travail, commune à tous les métiers, avecpour seules variantes : la couleur et le tissu.
En 1924, Varvara enseigne à la section textile des Vkhutemas, tout en continuant les décors, affiches, publicités et revues de LEF, Novylef et Kinofot.
















Les albums.
En 1933, avec Rodtchenko, elle travaille sur la mise en page du magasine SSSR na Stroike "URSS en construction"  jusque 1941.
Stepanova photographie les 10 ans de l'Ouzbékistan, la première armée de cavalerie, l'armée rouge, l'aviation soviétique, la marche de la jeunesse. Toutes ses photos ont été exposées lors de l'exposition internationale de New York en 1939.


Lors de la seconde guerre mondiale, le couple est évacué de Moscou. Il rejoint la ville de Otchior dans la région de Perm. Ils travaillent alors à la réalisation d'affiche de la guerre patriotique.
Leur retour à Moscou se fait en 1942.

Publié dans Portraits

Commenter cet article

stepanouvo 09/09/2009 00:43

http://www.contre-informations.fr/classiques/brechtbarbusse/stepanova.pdf