L'histoire de Chicago May

Publié le par pelenop

" Sa réputation la protégeait dans un milieu où, habituellement, les femmes transportaient des rasoirs dans leur robe, ou des revolvers, des coups de poing américains, des couteaux, des battes de base-ball. Se vendre mettait les femmes en colère, et quand aucune boisson ni aucune drogue ne les apaisait, la colère des femmes du First Ward éclatait en violence. Les prisons pouvaient à peine contenir ces femmes. L'une d'elles noya le gardien, une autre se déchaîna dans la blanchisserie et défigura  une demi-douzaine d'autres détenues avec un fer chaud. Une femme tenta à deux reprises de tuer une surveillante à Joliet.
Quand deux prostituées passèrent en justice pour avoir attiré un homme dans une ruelle où, tandis que l'une lui tirait la tête en arrière l'autre menaçait sa gorge d'une lame, la justice déclara que tout hommequi se rendait dans le qartier chaud de Chicago méritait ce qui lui arrivait.
La source la plus profonde de la colère de May remonte sans doute loin dans son histoire, mais sa flamboyante expressions fut rendue possible par le leiu où elle se trouvait alors.
Etre méchante notoire était peut-être aussi, dans la mesure où ses moyens le lui permettaient, une manière, d'exprimer une certaine idée d'elle même. Après tout, elle était encore jeune, et c'est ce que font les jeunes -ils traînent derrière eux toutes sortes de lambeaux de tel ou telcomportement distinctif, des choses que les autres remarquent, tadis qu'ils construisent leurs personnages publics. La dureté absolue de son environnement aurait peut-être pu la figer dans l'alcoolisme, ou la pousser à rechercher un protecteur puissant ou s'abriter auprès des irlandais. Au contraire, c'est une fille dure qui est sortie de son trou. Une battante."

L'histoire de Chicago May deNuala O'Faolain.

Publié dans Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article