Les féministes ne sont pas des élites !

Publié le par pelenop

Maïa Mazaurette a récemment fait un article sur son blog, intitulé : Pourquoi les féministes sont meilleures au lit ?

En voici un extrait :

" 1) Les féministes sont meilleures au lit parce qu’elles sont au courant pour le clitoris.

Elles simulent moins, elles se prennent en main, elles n’attendent pas que le mec fasse tout, ce qui évite grandement d’être mal baisée (on prend sa part de responsabilité). Et ça n’empêche pas de faire des fellations ou de fouiner son point G. Avoir une féministe dans son lit est le meilleur moyen d’éviter le syndrome de l’étoile de mer.

2) Les féministes sont meilleures au lit parce qu’elles ont (vraiment) réfléchi à leurs fantasmes (et ailleurs que dans un magazine féminin).

Cogiter aux rapports hommes-femmes force à une certaine culture de l’imaginaire sexuel. Se confronter au porno, aux jeux de domination-soumission, au bondage… Il y a de fortes chances qu’une féministe soit claire par rapport à ses envies et blocages. Ce qui rend les choses super plus simples.

3) Les féministes sont meilleures au lit parce qu’elles aiment les hommes.

Sans doute le point le plus important. Je crois sincèrement que les femmes non-féministes méprisent les mecs. Leur discours, c’est que les hommes ont dans leur nature le viol, la violence, la guerre, la domination gratuite, et que par conséquent il faudrait leur pardonner comme on pardonne à un chat de bouffer un lézard. Personnellement, j’ai une plus haute image des garçons et je pense qu’ils savent parfaitement se servir de leur cerveau, donc 1) ceux qui se comportent comme des connards doivent aller en prison, 2) les autres doivent être considérés comme des humains et pas des prédateurs sanguinaires. A mon niveau, théoriser la violence permet d’évacuer la rancoeur. Si je n’étais pas féministe et que je regardais les infos sur, par exemple, les Talibans, peut-être que je me mettrais à haïr les mecs. Et ça, vraiment, j’ai pas envie.

4) Les féministes sont meilleures au lit parce qu’elles ne sont pas chiantes.

Si elles veulent un truc, elles le disent. Si vous avez mis le chat dans le lave-linge, elles râlent uniquement sur le fait que vous soyez un boulet – mais pas sur leur journée pourrie, leur ongle cassé ou leurs soucis de thunes. Leur horizon va plus loin que leur copain. Et croyez-moi, pour le copain en question, c’est une sacrément bonne nouvelle.

5) Les féministes sont meilleures au lit parce qu’elles sont consentantes.

Sinon elles diraient “non”. Et en l’absence de “non”, tout le reste est “oui” – un vrai “oui”, pas “chais pas enfin nan mais en fait aux tréfonds de mon âme je pensais non et tu aurais dû deviner”.

6) Les féministes sont de meilleures copines parce qu’elles sont honnêtes.

Je ne sais pas si vous imaginez passer le restant de votre vie avec une nana qui n’assume même pas de défendre ses propres droits. Moi, ça me ferait flipper. A un moment, il faut quand même faire preuve d’un minimum de colonne vertébrale. Je précise aussi que les féministes ont en général le sens de l’humour, parce que croyez-moi, il en faut :)"

 

L'approche du sujet peut paraître amusant et divertissant, semblant de défense des féministes par l'approche sexuelle. Nous pensons que Maïa Mazaurette a voulu aller contre le cliché de féministes "coincées, frigides" qui circule encore dans les esprits.

Cependant, ses arguments emprunts à une méconnaissance de ce qu'est VRAIMENT le féminisme confèrent à un élitisme. Elle aurait dû le titrer : pourquoi les féministes sont elles meilleures que les autres femmes?

Car son discours se base sur cette idée : les féministes sont mieux et crions haro sur celles qui ne le sont pas !


Nous ne sommes pas féministes, nous le devenons !


Chaque femme subit tous les jours, les pressions des hommes, éduqués par des valeurs sexistes ! Nous devons en avoir conscience car nous avons, nous aussi en tant que femme, été éduqué par ses valeurs sexistes.

Parfois même nous les véhiculons malgré nous, la preuve faîte par cette chronique !

De plus, les termes "meilleures que" , "prédateur" montrent une logique de performance, une logique capitaliste.


La solidarité prévaut, nous sommes toutes des femmes évoluant et subissant des oppressions quotidiennes. Faire des catégories d'engagement sous des termes précis comme "féministes et non-féministes" revient à faire de l'élitisme !


Nous sommes TOUTES la moitié du ciel !

Publié dans Actualité

Commenter cet article