Les sociétés matristiques de Marija Gimbustas

Publié le par pelenop

Marija Gimbustas est née le 13 janvier 1921 à Vilnius et est décédée le 2 février 1994 à Los Angeles.


Cette archéologue lithuanienne est connue notamment pour sa théorie sur la Déesse-mère.

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:jDlXfyfMhit7oM:http://www.kmatthews.org.uk/cult_archaeology/images/marija_gimbutas.jpg

Sa théorie est que les Kourgan (Indo-européen) à l'époque du mésolithique, ont installé le patriarcat.Entre -4500 et -3000, ce peuple de cavaliers-combattants ont envahi l'Ukraine et la Moldavie.
Ils ont dès lors anéanti la culture locale, les sociétés "matristiques" .
La femme à l'époque, incarnait la reproduction de l'espèce et un espoir de perennité dans une dimension temporelle circulaire et cyclique.

 

" La structure sociale indo-européenne est patriarcale, patrilinéaire et la psyché est guerrière. Chaque Dieu est également un guerrier. Les trois dieux indo-européens principaux sont le Dieu du ciel brillant, le Dieu des enfers et le Dieu du Tonnerre. Les déesses féminismes sont les jeunes mariées, les épouses ou jeunes filles sans pouvoir et sans créativité. Elles sont justes là, ce sont des beautés, ce sont des Vénus, comme l'aube ou des jeunes filles au soleil.
Le système qui a existé dans la culture "matristique" avant  que les indo-européens en Europe étaient totalement différent. Je l'appelle "matristique" et non matriarcal, parce que matriarcal réveille toujours des idées de domination et est comparé au patriarcat. Mais c'était une société équilibrée, les femmes n'étaient pas vraiment si puissantes qu'elles auraient usurpé tout ce qui était masculin. Les hommes étaient à leur position légitime, ils effectuaient leur propre travail, ils avaient leur propre travail, ils avaient leurs fonctions et ils ont également eu leur propre impuissance. Ceci est reflété dans les symboles où vous trouvez non seulement des déesses mais également des dieux. Les déesses étaient créatives, elles créent d'elles mêmes. Dès -3500, des symboles et des scumptures , nous pouvons voir que les parties du corps féminin étaient les parties créatrices : seins, ventre et fesses.

 

 

http://www.belili.org/graphics/goddessborder.jpgLa vulve par exemple, est un des symboles les plus tôt gravés, et on le lie symboliquement à la croissance, à la graine. Parfois, à côté d'elle se trouve un motif de branche ou de plante, ou dans la vulve il y a quelque chose comme une graine ou une plante. Et cette sorte de symbole est très durable, il continue pendant 20 000 ans au moins. "

 

 

Marija Gimbuntas 1989.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article