Rayhanna : victime de la triple oppression.

Publié le par pelenop

Rayhanna, artiste algérienne, a été victime d'une tentative d'immolation. Cet acte barbare ne doit son existence qu'à la triple oppression.

http://www.theatrorama.com/wp-content/uploads/visuelsamianadia1-300x196.jpg
Dans sa pièce " A mon âge, je me cache encore pour fumer", la dramaturge algérienne dénonce le statut des femmes dans son pays d'origine.
"Les « barbus » extrémistes, les femmes battues et soumises, la sauvagerie de la sexualité, de la circoncision et de la religion, toutes ces problématiques montrent  une face sombre et indigne de la société algérienne. Sont énumérées toutes les pratiques qui suscitent forcément l'effroi : les certificats de virginité, la barbarie des hommes qui crient derrière la porte nuptiale « Vas-y jusqu'au sang », les horreurs sexuelles commises sur des enfants, la mère qui garde les bouts de chair après une circoncision, la menace de mort exercée sur une professeur parce qu'elle ne porte pas le foulard..." (source)
Ce n'est pas seulement à cause de sa prise de position sur le statut des femmes  algérienne . Sa pièce est jouée à la maison des metallos dans le 11ème arrondissement. La justification de l'acte dont elle a été victime dépasse bien plus sa parole scénique. Rayhanna est une femme, victime du racisme, qui dénonce le patriarcat. C'est pour cela que Rayhanna a failli être immolée.
Ce n'est pas un fait divers, les faits divers n'existent pas : ils sont le reflet de la société.
Pélénop soutient toutes nos soeurs victimes , de la triple oppression.



Publié dans Actualité

Commenter cet article