Contre la spirale de la violence !

Publié le par pelenop

On le rencontre, on se laisse séduire par cet homme.
Rapidement, on assimile cet homme comme notre source de vie : on est belle dans ses yeux, dans ses mains, on est fière d'être celle qu'il aime.

On nous a appris à faire plaisir à un homme : être belle, tout le temps; bien lui faire à manger; tenir la maison.
Graĉe à nous, cet homme peut être ce qu'il est.

Et déjà là, la situation s'inverse. On est toujours fier de lui mais lui doit être fier de nous.


Alors on redouble nos occupations de femme "parfaite" pour ne jamais le décevoir.
Notre point de vue se transforme : jalousie = amour, mais c'est de la propriété, une remarque = c'est normal, on n'était pas à la hauteur, pas suffisament. Mais là débute l'oppression, la violence.

On se coupe de nos ami-e-s parce que cela n'a plus d'importance : la vie c'est avec cet homme que nous la voulons, il faut faire des efforts.
Nous devenons son jouet, son hochet.

Les remarques se font plus vives et en public, nous l'excusons : il est fatigué, il est de mauvaise humeur, ça arrive.

Et puis un jour, il a trop bu, il est trop fatigué, nous sommes allées trop loin et c'est le coup qui tombe, le premier.

Après cet épisode, cet homme redouble d'attentions pour nous, il s'excuse, il n'a pas eu une vie facile, comment a t il pu faire cela à SA femme?


On tait l'épisode, c'est vrai que ce jour là, on n'avait pas fait un bon dîner, pas su l'accueillir parce que nous avions eu nous aussi une journée difficile.
Mais on sait gérer, on l'a toujours fait.

Puis la pluie d'injures, de remontrances, se fait plus drue mais les explications plus câlines après. On est dans la spirale.

Alors un jour, on se décide à en parler et là on ne nous entend pas toujours. Lui, cet être qui a toujours montré bonne figure, bon conjoint, devant tout le monde, comment pourrait il faire cela?
Mettre en doute notre parole, mettre en doute notre malaise, notre mal-être est une autre violence.

Le dire déjà à quelqu'un de notre entourage n'est pas facile, nous simulions depuis tant de temps le bonheur !
Le dire détruirait cet homme, déjà brisé par le passé. "Tu es comme toutes les autres".
Voilà, on voulait être exceptionnelle à ses yeux et nous voilà reléguées au rang de "toutes les autres".

Et bien oui, soyez comme toutes les autres ! Rejoignez nous toutes, solidaires contre la violence que l'on subit, exprimons nous!
La colère est en nous, les sévices subis sont imprimés en nous, la rage nous habite, combattons la!
Notre vie n'est pas la violence !
Combattons cette spirale. Nous sommes présentes, nous sommes là pour écouter, soutenir, toutes nos soeurs.
Certes la fatigue, parfois, nous fait rebrousser chemin mais l'appui des autres femmes est présent, ne l'oubliez pas !!!!



Publié dans Actualité

Commenter cet article